Les quatre couleurs selon Alberti

"Pour moi, ce que je pense des couleurs en tant que peintre, c’est que leurs mélanges en produisent d’autres en nombre presque infini, mais qu’il y a pour les peintres, conformément au nombre des éléments, quatre vrais genres de couleurs dont résultent de multiples espèces. Il y a, si l’on peut dire, la couleur feu qu’on appelle rouge, celle de l’air qu’on appelle céleste ou perse, celle de l’eau, verte, et la terre qui a la couleur de la cendre. Nous voyons que toutes les autres couleurs sont faites de mélanges, comme dans les pierres de jaspe et de porphyre. Il y a donc quatre genres de couleurs, dont les espèces, en fonction du mélange de blanc et de noir, sont presque innombrables. 
§10…le blanc et le noir ne sont en rien de véritables couleurs, puisque le peintre n’a rien trouvé que le blanc pour rendre l’éclat extrême de la lumière et n’a rien que le noir pour montrer les plus profondes ténèbres. 
§46 … le blanc et le noir sont les couleurs par lesquelles nous représentons dans la peinture les lumières et les ombres ; qu’il faut considérer les autres couleurs comme une matière à laquelle on ajoute des degrés de lumières et d’ombre… On dit que les peintres anciens, Polygnote et Timanthe, n’ont utilisé que quatre couleurs, et l’on s’étonne qu’Aglaophon se soit contenté d’une seule couleur simple… Mais j’aimerais que les peintres instruits pensent que l’on peut employer tout son métier et son art à répartir seulement le blanc et le noir, et qu’il faut appliquer tout son talent et tout son soin à placer convenablement ces deux couleurs…ainsi l’accord du blanc et du noir produit cet effet qui valait des éloges au peintre athénien Nicias.
§48 … Nous devons maintenant traiter des genres des couleurs. Nous allons donc en parler rapidement, non à la manière de l’architecte Vitruve qui indiquait où se trouvaient les meilleurs ocres et les couleurs les plus estimée mais plutôt en expliquant comment composer dans la peinture les couleurs choisies et correctement broyées. On dit que le peintre ancien Euphranor a écrit quelque chose à propos des couleurs. Ces textes n’existent plus aujourd’hui… de telle façon que les couleurs claires soient toujours jointes à des couleurs sombres, d’un genre différent. Cette conjonction des couleurs relève en effet la vénusté par la variété et la beauté par le contraste… "

La couleur rouge, placée entre le bleu et le vert, met en honneur l’un et l’autre.
     

La couleur blanche donne la gaîté non seulement aux couleurs cendre et safran si on la place entre elles, mais à presque toutes les couleurs.

     

Les couleurs foncées ne se placent pas au milieu des couleurs claires sans une grande dignité.

     


Retour à pigments

FaLang translation system by Faboba