L' attribution d'une oeuvre à un peintre peut encore s'avérer incertaine puisqu'elle était rarement signée. S'agissant souvent d'un travail d'atelier, n'eut-il pas été inconvenant de le faire autrement qu'en y aposant une marque ou, pourquoi pas, faire paraître sa propre image au sein d'un groupe de figurants? C'est ce que fit l'artiste qui réalisa le "Annealtar" destiné à orner l'église des carmélites de Frankfort (section gauche de l'illustration).  Lorsque Heinrich Weizsäcker s'intéressa à ce retable, aujourd'hui démembré et réparti dans trois musées, il qualifia son auteur sous le pseudonyme de maître de Franckfurt. En réalité il fut produit à Anvers dans un atelier dont sortirent encore quelques dizaines de créations. L'identification tient à un groupe présentant quelques analogies, que ce soit dans les caractéristiques stylistiques, les formes de modèles, des motifs, des compositions ou des figures (voir une liste). Le portrait d'un artiste et de sa femme et une fête des archers en font partie (intégrées dans l'illustration supra). Le portrait sert de dénominateur commun et sa qualité d'artiste peintre est attestée par les armes de la corporation de St-Luc et les mouches en trompe-l'oeil qui évoquent l'anecdote sur la rivalité entre Giotto et Cimabue. Le pain et le vin renforcent l'idée d'union. A-t-il été peint à l'occasion du mariage, quel sens donner au plat de cerises ?

Le cadre est daté de 1496. Les âges respectifs de 36 et 37 ans sont également indiqués. Les probabilités qu'il s'agisse de Hendrik van Wueluwe sont grandes. Il diririgeait un grand atelier occupant jusqu'à 7 apprentis et fut 6 fois doyen de sa corporation. C'est ette même année qu'il fit l'acquisition d'une maison et épousa Heylwich Thonis laquelle était également la fille d'un autre doyen de la corporation de saint Luc. 

(Stephen Goddard, les primitifs flamands et leur temps)

Le maître de Frankfurt. voir détails sur ce  lien Wikipedia  abbaye dominicaine

fils Jean Violieren Giroflées

Huille sur panneau, 38 x 26 cm datée de 1496
Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, Antwerp. Les traces de charnières indiquent que cet élément constituait la partie centrale d'un triptyque.

considérations sur l'aisance de l'artisan :   self-portrait

1470 statuts de la guilde de St-Luc, Anvers

Etude sur les Keuren de Bruges

annealtar / le peintre / la fête des archers

Valentin van Orley ?

FaLang translation system by Faboba